Errer avec Erri

Erri de LucaSource de l'image : Flickr

Jusqu'à présent, nous n'avions aucun livre d'Erri de Luca dans notre collection, au CIDOC. Cette injustice est à présent réparée avec deux livres publiés par ce napolitain de 67 ans au visage noueux, qui a vagabondé dans bien des lieux, qui a publié de nombreux textes à la frontière entre prose et poésie, lequels sont publiés en français depuis déjà une bonne vingtaine d'années. Ce n'est donc de loin pas un scoop que nous vous proposons là.

Un signe particulier le caractérisant, et qui a éveillé notre attention, est qu'il lit la Bible hébraïque dans le texte, chaque matin. Ce n'est pas le moindre paradoxe d'un écrivain, qui se dit explicitement athée, mais qui parvient à se ressourcer dans les Écritures communes au judaïsme et au christianisme. Mais écoutons ce qu'il nous dit :

J'étudie l'hébreu. Je lis la Bible. Des pages, des mots m'ont révélé une part de leur vérité et m'ont incité à la faire partager. Je n'ai pas adapté le texte à une interprétation, bien au contraire je m'y suis soumis. Pour bien recevoir une révélation, qu'elle soit grande ou petite, il suffit parfois d'être docile, mot qui désignait à l'origine la disponibilité à recevoir un enseignement.

Joliment dit, n'est-ce pas? Nous vous invitons à googler son nom et vous verrez très rapidement que ses textes et ce qu'il dit valent le détour.

Naturellement, sa bibliographie en français est moins abondante qu'en italien. Cependant nous vous mettons à disposition deux livres qu'il a écrit et qui tournent autour du texte biblique :

Nous espérons que vous aurez du plaisir à suivre Erri dans ses errances littéraires!

Comme souvent, c'est la demande d'un usager du CIDOC qui nous a poussé à acheter ces deux livres (d'ailleurs si vous avez une autre suggestion d'achat à nous adresser, vous savez ce qu'il vous reste à faire!).

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

P.S. : comme vous l'aurez constaté, "la sélection de la semaine" s'est fait rare en 2017 ; ce sont les travaux au CIDOC qui sont évidemment en cause. Cependant nous continuons à commander et à cataloguer des documents, et chaque semaine, la galerie des nouveautés que vous pouvez visionner sur http://catalogue.cidoc.ch est mise à jour!

Deux nouvelles revues sur nos étagères!

Depuis que les travaux dans le bâtiment du CIDOC ont démarré (pour mémoire, lire notre communiqué), il a été difficile de trouver du temps pour alimenter notre site internet. Mais notre équipe a continué son travail de bénédictin en cataloguant soigneusement livres, revues, DVD, jeux et divers objets comme nous le faisons toujours.

Alors, nous vous signalons que, depuis fin 2016, nous nous sommes abonnés à deux nouvelles revues, qui, nous l'espérons, sauront titiller votre intérêt:

Codex Civiltà

- Codex : 2000 ans d'aventure chrétienne ; comme son nom l'indique cette revue (qui s'appelait auparavant Histoire du Christianisme Magazine) ambitionne de valoriser le christianisme sous ses aspects historiques, archéologiques, culturels et patrimoniaux. Deux numéros sont parus à présent (voir le numéro un ici, et le numéro deux là). Le format de la revue l'apparente à un Mook (un mot-valise anglicisant : c'est la contraction de deux mots : Book (livre) et Magazine ; il s'agit donc là d'un magazine très épais qui exige un investissement en temps de lecture équivalent à celui requis pour lire un livre, mais que cela ne vous rebute pas! :-) ). Les articles sont variés - il y a même une bande dessinée sur Jeanne d'Arc en cours de publication - et sont réellement passionnants. Ainsi, dans le 1er numéro, on trouvera par exemple un reportage étonnant et fascinant sur les Mozarabes de Tolède. Côté forme, la mise en page avec images et textes est vraiment bien soignée. Par le choix et le contenu des articles de la revue, on devine sans peine la présence d'une perspective catholique française avec une sensibilité conservatrice mais cela n'enlève absolument rien à son intérêt.

- La Civiltà Cattolica : ici, vous ne trouverez pas d'image, que du texte! En effet, il s'agit là de la revue jésuite la plus connue dans le monde, qui est considérée comme une voix semi-officielle du Vatican, ce d'autant plus que le pape actuel, comme on le sait, provient de cette obédience. La version italienne, qui est l'originale, paraît à quinzaine. Cette version française sera mensuelle et se veut un "best of" des meilleurs articles de la revue. A la lecture des premiers numéros (voir les notices ici et puis là), entre des interviews du pape François, des réflexions théologiques sur le dialogue interreligieux et une interview de Scorsese, réalisateur du film Silence, on a le sentiment d'avoir là, une revue théologique à la fois accessible, exigeante et curieuse. Plutôt stimulant, non? Pour aller plus loin, voir l'article à ce sujet sur cath.ch .

Les numéros de ces revues sont donc dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Annuaire inhabituel d'êtres spirituels

Même si des temps particuliers attendent le CIDOC (vous n'avez pas vu notre communiqué concernant nos nouveaux horaires 2017? Allez donc le découvrir par ici!), le travail quotidien des collaborateurs du CIDOC continue encore et toujours.

DU3DAinsi, nous avons découvert un très beau dictionnaire universel qui répertorie l'ensemble des dieux, déesses et démons dans le monde entier à travers l'ensemble des croyances des hommes depuis la nuit des temps. Autrement dit, nous avons là un annuaire d'êtres spirituels, original n'est-ce pas? 😎 .

En parcourant les articles, on pourrait être saisi de vertige devant la richesse de ces mondes invisibles qui s'étalent soudainement devant nos yeux! En outre, le texte est agrémentés par de très belles illustrations et des cartes géographiques, ces dernières indiquant l'aire d'expansion de tel ou tel être spirituel. Naturellement, s'agissant d'une œuvre collective, les entrées ne sont pas de qualité égale : certaines ne font que quelques lignes alors que d'autres (plus fréquentes) sont très bien structurées avec des renvois bibliographiques sérieux, comme c'est le cas pour l'article sur Yahwé. Dans l'ensemble, c'est un outil de travail très solide et qui fera date.

On notera que, comme il s'agit d'un dictionnaire de référence, il n'est pas prêtable en principe (sauf si une demande dûment motivée nous est adressée. Après tout, la bibliothèque est faite pour l'homme et non l'homme pour la bibliothèque 😁). Voici donc la notice de ce bijou dans notre catalogue.

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Dans les coulisses de Noël

Cette année, il faut bien l'avouer, la pêche aux nouveaux livres de Noël a été bien maigre et ne nous a pas franchement enthousiasmé (voir ici et ). Aurait-t-on donc tout dit sur Noël?

PetitLivreCrecheNoelQue nenni! Nous avons fort heureusement déniché deux livres qui qui sont autant de regards anthropologiques enrichissants :

1. Tout d'abord, un petit livre, rose, à la couverture plastique bombée, à la tranche dorée et avec des images d'illustration impossiblement kitsch : "Le petit livre de la crèche de Noël". Quelle horreur n'est-ce pas? Le lecteur est d'autant plus déçu en bien puisqu'il s'agit d'un très joli livre de vulgarisation qui rappelle les origines de la crèche, comment elle s'est répandue dans le monde entier, quels sont les personnages qui composent la scène de la crèche, et même quelles sont les matières utilisées pour fabriquer une crèche! Cet excellent petit livre est ici à votre disposition.

NoelUneSiLongueHistoire2. Avec "Noël : une si longue histoire..." d'Alain Cabantous et François Walter, nous avons là un travail ethnologique et sociologique de fond qui parcourt à grandes foulées 2000 ans d'histoire, se déroulant essentiellement en Europe. Là aussi, l'intelligence est au rendez-vous pour notre plus grand plaisir : les auteurs commencent par questionner sérieusement l'affirmation populaire selon laquelle Noël serait une fête qui avait pour but de supplanter les fêtes païennes qui auraient lieu à la même époque. Ils enchaînent ensuite pour nous montrer que les célébrations de Noël, notamment la messe de minuit, n'ont pas toujours été bien suivies et que les comportements sociaux laissaient à désirer (durant les Temps modernes, par exemple). Noël était également un enjeu politique et idéologique, entre son instrumentalisation par divers régimes ou des velléités de suppression de cette fête. Pour achever ce parcours, les auteurs montrent également les mutations des pratiques au sein des familles du 19e siècle à nos jours. En somme, un livre agréable et intelligent, qui ne prémâche pas des affirmations milles fois entendues, et qui offre au contraire une référence solide pour comprendre Noël sur son plan anthropologique : il est ici disponible pour vous au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Ludiques cartes d'identité

Il faut bien l'avouer : nous avons bien trop peu de jeux bibliques qui soient réellement utilisables.

C'est pourquoi nos sourires sont allés croissants en découvrant le Pop Quiz : La Bible édité chez Mame (voir, comme toujours, la notice dans notre catalogue). Son but est de faire connaître/reconnaître des personnages bibliques tant de l'Ancien que du Nouveau Testament. Et c'est plutôt réussi!

Il s'agit d'un jeu très simple : nous avons 30 cartes avec des images symboliques. Au verso, un texte qui présente progressivement le personnage dont il est question, et au recto un texte informatif visible uniquement par l'animateur. Regardons une carte, choisie au hasard :

Esther recto

Sur l'image ci-dessus, nous voyons une couronne, une étoile de David, des bijoux et une table avec des plats...diantre, de quel personnage peut-il bien s'agir? En mettant bout à bout ces différents indices, votre perspicacité vous aidera peut-être à comprendre - Bon sang mais c'est bien sûr! - qu'il ne s'agit de nul autre que la reine Esther. Plutôt sympa, comme carte d'identité, n'est-ce pas? Cool

Sur la seconde image ci-dessous, vous voyez le verso de la carte d'Esther, avec les informations que l'animateur peut, selon son bon vouloir, transmettre aux joueurs.

Esther verso

A qui s'adresse ce jeu? Il nous semble taillé pour un public ayant déjà des connaissances bibliques qui lui permettront de reconnaître la plupart des personnages présentés. Si vous empruntez ce jeu de cartes, nous serons intéressés, bien sûr, à avoir votre avis.

Amusez-vous bien!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

La miséricorde en phylactères

DieuNaimePasPapaDieu n'aime pas papa est une bande dessinée qui interpelle tout de suite avec ce titre intriguant. En quelques mots, voici la trame: Tao, petit garçon de 8 ans, vit seul avec sa mère, qui s'est séparée de son père pour une raison inconnue du lecteur, mais qu'il ne va pas tarder à comprendre.

Très rapidement, on se rend compte que la théologie est l'acteur central de la BD et qui relie tous les protagognistes. La mère du garçon, qui souffre de la séparation d'avec son mari, est très croyante et pratiquante, presque jusqu'à la caricature. Le petit garçon, préoccupé par l'absence de son père, se pose des questions théologiques et décide d'illustrer des récits de la Bible, qu'il a déjà lue et relue. Entre deux, nous avons la figure intéressante et apaisante d'un prêtre qui est porteur d'un vrai message de miséricorde. C'est suffisamment inhabituel pour être souligné, ce d'autant plus que la BD est publiée chez Delcourt, qui est très loin d'être une maison d'édition chrétienne!

Nous avons donc deux niveaux d'illustrations dans la BD : la trame principale, d'une part, avec en sus les dessins d'enfants du petit Tao qui raconte des récits de la Bible à sa manière - de façon humoristique mais sans être irréverencieux, cela doit être souligné.

La BD, destinée aux ados et aux adultes, se lit d'une traite et pose de bonnes pistes théologiques - voir la notice dans notre catalogue. C'est aussi une bien belle manière de clore le jubilé de la miséricorde proclamé par le pape François!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

De l'autre côté du miroir

AuDela DupratStupéfiant! Difficile de qualifier autrement le projet de Guillaume Duprat, qui a publié un véritable inventaire à la Prévert des représentations de l'au-delà provenant des traditions religieuses à travers le monde entier.

Ce (beau) livre, sobrement intitulé L'autre monde : une histoire illustrée de l'au-delà indique clairement quel est le projet de l'auteur : visualiser et rendre compte de la représentation de la vie après la mort d'après un large panel des traditions religieuses et/ou culturelles d'un grand nombre de civilisations. Certainement par souci d'équité, chaque tradition est représentée sur deux pages, peu importe qu'il s'agisse d'une religion très connue comme l'islam, ou absolument inconnue du grand public, comme celle du groupe ethnique des Kédang en Indonésie. Au dela exempleComme vous pouvez le constater sur la photographie ci-contre qui vous montre le contenu du livre, la page de gauche contient un croquis avec des légendes explicatives alors que la page de droite est une illustration poétique, toute en couleurs, de la représentation du monde qui fait l'objet du commentaire.

Cela dit, le lecteur pourrait évidemment s'interroger sur la crédibilité de l'auteur et de la pertinence des informations provenant de son livre. Il est vrai que l'auteur, qui n'a pas de grandes références, semble n'être "qu'un" anthropologue autodidacte, mais il n'en reste pas moins vrai qu'il est solidement documenté. D'ailleurs, à la fin du livre, Guillaume Duprat indique très précisément ses sources (qui sont tout à fait correctes en ce qui concerne le christianisme, par exemple), ce qui renforce la qualité de son travail.

Si vous êtes prêts à faire un voyage dans l'au-delà, le livre est dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

 

Un commentaire illustré de l'Apocalypse

Lueurs et TremblementsLe manuscrit de Namur (Belgique) n'est pas très connu. Et pour cause : le Séminaire éponyme l'a toujours conservé précieusement dans ses murs. Presque jalousement, pourrait-on dire!

Fort heureusement, conscient de sa valeur, le Séminaire de Namur a mis en oeuvre une publication : Lueurs et tremblements : un commentaire de l'Apocalypse de Jean illustré par le Manuscrit de Namur (XIVe siècle) qui nous permet maintenant d'avoir un meilleur aperçu de ce qu'il faut bien considérer comme un chef d'oeuvre, d'ailleurs classé au patrimoine de Wallonie.

Mais pourquoi devrait-ce nous intéresser? Après tout, près de six cents kilomètres séparent Lausanne de Namur. La Wallonie, c'est loin! Eh bien, tout d'abord à cause de ses magnifiques illustrations enluminées, qui accompagnent le texte latin du livre de l'Apocalypse, et qui en font un des sommets en son genre, pardi! La reproduction sur la page de couverture ci-contre montre que nous ne sommes en effet pas loin de la bande dessinée...

Mais cela ne suffit pas : le CIDOC n'a pas la prétention de collectionner en priorité des beaux livres juste pour le plaisir (même si nous en détenons quelques uns). Alors pourquoi avoir fait l'acquisition de ce livre? C'est qu'il contient un excellent commentaire didactique de l'Apocalypse, parfaitement accessible et très agréable à consulter, et que nous devons à Joël Rochette, prêtre et docteur de théologie. En somme, l'utile et l'agréable se rejoignent dans ce livre remarquable.

Ces enluminures inspirantes sont dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Un conte tolérant vieux de 8 siècles

gentilpetitVers 1276, le philosophe Raymond Lulle - catholique, catalan et mystique - publie un conte intitulé Le livre du gentil et des trois sages. Le personnage que l'on nomme "Gentil" est un païen, inquiet à l'idée de mourir, qui se demande en quel Dieu croire. Et les trois sages représentent chacun l'une des trois religions monothéistes : judaïsme, christianisme et islam. Ceux-ci vont donc présenter leur religion, chacun à leur tour, au Gentil. A la fin du récit, celui-ci devra faire un choix entre l'une des trois religions mais - et c'est intéressant - les trois sages refusent de connaître sa décision et s'en vont ensemble en devisant paisiblement!

La version du conte que nous détenons est traduite du catalan et a été adaptée pour les enfants, avec une double page d'explications destinées aux adultes sur le contexte qui a présidé à la création du conte - Raymond Lulle est en effet né sur l'île de Majorque à une époque durant laquelle le sol espagnol était arpenté par de nombreux juifs, chrétiens et musulmans.

Ce conte est donc un véritable plaidoyer pour la tolérance et le dialogue interreligieux. On a même de la peine à croire qu'il soit réellement vieux de 740 ans tant son contenu paraît actuel...Le livre  est donc dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service

La pauvreté dans nos villes : regarder, c'est apprendre

hommetransperceOn le sait bien, le pape François ne manque pas une occasion pour souligner que l'Eglise catholique doit se recentrer sur sa doctrine sociale. C'est ainsi que l'option préférentielle des pauvres est redevenue un leitmotif.

Pour autant, sait-on vraiment de quoi on parle, lorsqu'on emploie le mot "pauvre"? Matthieu Villemot, prêtre du diocèse de Paris, nous propose, dans le livre Regarder l'homme transpercé : quelques grandes pauvretés urbaines, de revoir ce terme au travers de profils de pauvreté très différents, qui montrent à quel point sous un seul mot, quantité de situations très variées sont décrites: La personne très âgée, le grand malade, le sans-domicile fixe, le sans-papier, le prostitué...

Ce livre n'est pas vraiment un outil pratique de pastorale comme l'auteur lui-même l'indique. C'est plutôt un outil de réflexion à partir de la pratique de l'auteur, afin de prendre du recul par rapport au phénomène de la pauvreté. Le livre de Villemot, comme l'auteur le dit lui-même, ne permet pas d'améliorer d'un iota l'état de pauvreté mais permet de changer notre regard sur cette réalité : la pauvreté est un apprentissage pour ceux qui observent la pauvreté de l'extérieur, si l'on peut dire les choses ainsi.

Ce livre est dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service