Fête de la Réformation, 499e édition

TLuther Lanceur alerteoutes les Eglises réformées à travers le monde piaffent d'impatience à la perspective de l'année 2017 qui marquera les 500 ans des débuts de la Réforme, que l'on fait traditionnellement correspondre avec l'affichage des 95 thèses de Luther dans la cité germanique de Wittemberg, le 31 octobre 1517. En attendant, nous fêterons ces prochaines semaines la 499e année de cet événement.

Très modestement, au CIDOC, nous vous signalons tout d'abord une bande dessinée fort sympathique, qui provient de Hollande : Martin Luther, Lanceur d'alerte (voir la notice dans le catalogue). Elle commence tambour battant avec le voeu prononcé par le jeune Luther lorsqu'il fut surpris par un orage en rase campagne, et passe en revue les événements importants de sa vie jusqu'à sa mort en 1546. Agrémentée d'une chronologie, et d'une dramatis personae bien faite (malgré le nombre de personnages, le lecteur s'y retrouve sans difficulté), cette bande dessinée très colorée et d'un style alerte plaira tant aux enfants qu'aux adultes.

donboscoLutherPlus étonnant : les éditions Don Bosco, catholiques et allemandes, ont publié une histoire kamishibaï: Die Geschichte von Martin Luther! Les douze planches illustrées, très paisibles, et le texte, très simple, sont exempts de toute polémique théologique, et donnent l'image d'un Luther désirant par dessus tout faire partager sa découverte de l'amour que Dieu porte envers tout être humain. Le CIDOC en a acheté deux exemplaires munis d'une traduction en français (voir les notices ici et puis là).

Et...si vous passez dans nos locaux, vous pourrez également consulter la petite exposition que nous avons préparée sur la Réforme! Cool

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Une Bible en BD à l'accent américain prononcé

kingstoneLes Comics (bandes dessinées américaines, du type de celles éditées par Marvel) sont désormais presque aussi familiers que les mangas, sur notre vieux continent.

C'est certainement pour cette raison que la Société biblique francophone de Suisse projette de publier l'intégralité de la Bible Kingstone qui est une adaptation de la Bible en format Comics. Les deux premiers volumes de la série, qui en compte 12 au total, ont déjà été publiés. Nous les avons achetés et ils sont désormais disponibles au CIDOC (voir les notices dans notre catalogue : ici pour le premier volume et là pour le deuxième).

Alors, qu'en penser? D'emblée, il faut bien avouer que cette adaptation de la Bible plaira avant tout à ceux qui apprécient le style Comics avec ce qu'il implique  : une mise en page très chargée, avec des cadres noirs, des cases très colorées et un dessin très travaillé, avec des personnages musculeux à souhait - détail amusant que nous signalions déjà dans une autre Bible en BD, ici - et une fascination évidente pour le spectaculaire et le merveilleux. Ce n'est pas pour rien que l'ange qui brandit une épée en feu soit pareillement mis en vedette dans la couverture du 1er volume, cela au détriment d'Adam, Eve et Noé!

Ne le cachons donc pas : il y a des éléments qui feront grincer des dents auprès de nos lecteurs qui n'auraient pas été biberonnés dans un fondamentalisme biblique à l'américaine. Notamment lorsque les auteurs tentent maladroitement d'expliquer l'expansion de toute l'humanité à partir d'un seul couple, en affirmant de façon très curieuse que la progéniture d'Adam et Eve disposait d'un patrimoine génétique parfait (?) Effrayé.

Tout est-il donc à jeter? Non! D'une part, toute adaptation en bande dessinée est une interprétation de la Bible et celle-ci ne cache pas son jeu, au contraire. Et d'autre part, le dessin, nerveux, dynamique et coloré reste extrêmement attrayant. Le lecteur crochera facilement au récit et en tournera les pages avec grand plaisir. En outre, le volume 1, qui raconte d'abord les récits des origines (Création du monde, Chute de l'homme et de la femme, Noé et le Déluge) se termine de façon surprenante avec le récit de Job. Or, il est rare que l'ensemble du livre de Job soit adapté en bande dessinée et la version de Kingstone, qui donne la part belle à la discussion entre Job et ses amis, est justement remarquable.

Bonne lecture!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

L'interprétation à travers les siècles

SodomeCommençons avec une évidence qui frise la lapalissade : la Bible a tracé son sillon dans l'histoire des mentalités et l'histoire intellectuelle de l'Occident durant une vingtaine de siècles. Ainsi, de nombreux passages bibliques ont marqué les esprits, théologiquement et artistiquement (peinture, musique, littérature) et ont suscité une multitude d'interprétations enrichissantes.

Or, nous avons découvert une excellente collection, Graphè, publiée par l'Université d'Artois, qui met à notre disposition, année après année, des contributions de spécialistes qui proviennent de domaines forts différents et qui se réunissent tous ensemble pour dialoguer autour d'un passage biblique spécifique.

Toutes les contributions suivent peu ou prou le même ordre : d'abord une analyse exégétique du passage concerné, suivie d'une relecture par un Père de l'Eglise et éventuellement dans le judaïsme talmudique. Ensuite, on enchaîne avec une reprise interprétative du texte dans la littérature médiévale, puis de la Renaissance jusqu'à l'époque contemporaine, avec pour terminer des contributions dans les domaines de la peinture et de la musique.

Concrètement, nous retrouvons entre autres les thèmes suivants : Le Jardin d'Eden, La Destruction de Sodome, Les Noces de Cana, Ponce Pilate, La parabole du Fils Prodigue...Voir ici la liste complète des documents de cette collection qui sont disponibles au CIDOC.

Cette superbe collection remplit parfaitement sa fonction première : élargir l'intelligence du lecteur en lui dévoilant la richesse incomparable de l'histoire de l'interprétation de la Bible!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

 

Visages contemporains du Christ

christ visagesEn milieu d'Eglise, en tous cas chez les réformés, le simple fait de dire "visage du Christ" évoque immédiatement un célèbre collage - que vous pouvez voir ci-contre - dans lequel des centaines de visages composent celui du Christ, et cette image apparaît en effet très régulièrement lors de célébrations où d'événements ecclésiaux (d'ailleurs nous avons au CIDOC un petit livre très intéressant qui reconstitue la genèse de cette création).

Mais ce n'est bien entendu qu'une fraction infinitésimale de toute la production artistique qui a tenté, depuis toujours, de dépeindre le Christ, que ce soit dans le champ de la foi ou avec d'autres intentions militantes, sur le plan politique, féministe, des minorités sexuelles, ou sociologique. Or justement, nous venons de découvrir un excellent livre de Nathalie Dietschy, qui est la version vulgarisée d'une thèse de doctorat, qui s'intitule "Le Christ au miroir de la photographie contemporaine" (voir la notice dans notre catalogue, ici).christ photographie contemporaine

C'est un livre excellent, très agréable à consulter, notamment parce que l'agencement entre texte et images est très équilibré, ce qui en rend la lecture vraiment confortable. Bien entendu, comme il s'agit d'art contemporain, on retrouvera beaucoup d'images surprenantes, et qui veulent bien entendu aussi choquer. Ainsi, on y découvre, entre autres, une représentation photographique du Dernier Repas du Christ uniquement composée de personnes trisomiques! Mais derrière ce qui peut relever du scandale, Nathalie Dietschy montre qu'il y a un message à penser et à méditer.

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Les larmes d'Esther

Les larmes d Esther couvSous le pseudonyme de Robin, le dessinateur et scénariste Pascal Gindre commence à se faire un (pré)nom. Déjà auteur de l’excellente bande dessinée « Poverello » (2014) qui racontait de façon originale l’histoire de Saint François d’Assise, Robin récidive en nous amenant au plus près du Jésus du Nouveau Testament avec « Les larmes d’Esther ».

Le récit est largement fictif puisque le personnage principal, Esther, est une servante vivant en Palestine au 1er siècle qui a le malheur d’être injustement chassée par ses maîtres. Esther est contrainte de se réfugier chez une proxénète, et se retrouve ainsi reléguée au ban de la société. Entre temps, le maître de maison responsable des malheurs d’Esther est, lui, subitement frappé d’une forme de lèpre et se retrouve brutalement mis à l’écart.

Cette trame narrative permet à ces personnages rejetés de rencontrer Jésus, de recevoir une annonce de salut, d’expérimenter la guérison physique et de retrouver ainsi leurs vies restaurées. Dans un langage et un dessin qui se veulent délibérément anachroniques, Robin parvient à parler le langage de ses lecteurs et simultanément à transmettre le message de l’Evangile.

Vous pouvez dès à présent emprunter la bande dessinée « Les larmes d’Esther » dans la bibliothèque du CIDOC !
Robin Masur, Chef de service

(Ré)-abonnement à la revue Etudes

EtudesLongtemps, l'ancêtre catholique du CIDOC - le Centre de documentation catholique du Boulevard de Grancy - fut abonné à la revue jésuite Etudes. Pour une raison inconnue, l'abonnement n'avait pas été reconduit dans le courant des années 1990. Cependant, il est toujours permis de changer d'avis! Hilare

C'est pourquoi, nous venons de prendre la décision de nous réabonner à la revue Etudes, compte tenu de ses articles enrichissants dans des domaines variés : éthiques, théologiques, spiritualités, faits sociétaux, mais aussi parce qu'elle propose de nombreuses recensions critiques de livres. En somme, c'est une revue dynamique qui a su se renouveler et que l'on retrouve également présente sur les médias sociaux (voir leur fil Twitter et leur site web).

Le dernier numéro d'Etudes est donc dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Les délices de la vie

Tokyo delicesLe CIDOC possède plus de 2'100 DVD. C'est donc une collection très importante, et si vous y jetez un coup d'oeil, vous y trouverez bien évidemment des adaptations de la Bible ainsi que des reportages et des documentaires très variés en rapport avec la théologie et l'histoire des religions. Mais pas uniquement: de très nombreux films qui n'ont pas de lien direct avec la religion ou la foi vous sont aussi proposés.

A priori, on pourrait se demander quel est l'intérêt d'acheter autant de films areligieux dans le cadre du CIDOC qui est tout de même un centre de documentation chrétien! Mais prenons un exemple concret avec le film "Les délices de Tokyo" de Naomi Kawase (voir la fiche sur notre catalogue ainsi que la critique - très positive - du film sur Ciné-Feuilles). Ce film raconte la rencontre improbable entre une vieille dame et un homme bourru et solitaire autour de la cuisson de dorayakis (une pâtisserie japonaise fourrée avec des haricots rouges confits).

Or, mine de rien, ce film épuré - sa trame peut être racontée en quelques lignes! - est riche en éléments qui peuvent susciter la réflexion ou la discussion : la philosophie de vie de la vieille dame qui s'émerveille de choses simples et sa conception du monde animiste (elle parle aux haricots afin qu'ils soient meilleurs), la question de l'intégration des personnes exclues dans la société (la vieille dame est une ancienne lépreuse et l'homme a commis un délit grave), ou encore des contraintes sociétales sont mises en scène (dans le film, une lycéenne n'a ainsi pas le droit de garder son oiseau car le règlement de l'immeuble, dans lequel elle habite, l'interdit).

Les délices de Tokyo est un très bel exemple de film areligieux qui aborde des thèmes fondamentaux, sur ce qui fait de nous des êtres humains. En définitive, sa présence dans nos collections est pleinement justifiée Cool.

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

 

 

A propos de trésors cachés

Nous recevons presque chaque semaine des dons de livres (mais aussi, plus rarement, des revues et des DVD). Bien entendu, nous trions ces documents qui vont alors se retrouver dans l'une de ces trois situations :stack of books  Source de l'image: Flickr

  • Elimination directe (si le document n'a aucun rapport avec la religion/la théologie/la catéchèse, ou si le document n'a aucune valeur informationnelle, et est manifestement dépassé).
  • Mise à disposition dans la caisse de libre service. Le document peut alors être récupéré par tout usager qui en aurait l'utilité. C'est la règle du premier arrivé, premier servi qui prévaut.
  • Intégration dans les collections du CIDOC. Le document est alors jugé sufisamment intéressant pour être catalogué et intégré dans nos collections.

Par rapport à la quantité de dons reçus, cette dernière possibilité se produit peu fréquemment. Cependant, nous trouvons de temps en temps de véritables pépites qui viennent enrichir notre bibliothèque, ce qui nous enchante à chaque fois! Ainsi, en fouillant dans un don reçu la semaine dernière, nous avons découvert le livre suivant : Sur la lyre à dix cordes : à l'écoute des psaumes au rythme des Exercices de saint Ignace (voir la notice dans le catalogue, ici). Bien évidemment écrit par un jésuite - Blaise Arminjon - , il s'agit d'un commentaire méditatif d'une sélection de Psaumes qui reste accessible, très instructive et qui peut parfaitement trouver sa place dans une lecture en groupe. Bien qu'il ait été publié il y a plus de 25 ans, en 1990, ce livre est toujours très pertinent. Nous nous réjouissons d'avance qu'il puisse trouver de nouveaux lecteurs, ici au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

P.S. : Vous aussi, vous pouvez offrir vos livres dont vous n'avez plus l'utilité au CIDOC. N'hésitez plus! Voici toutes les informations nécessaires ici.

Un deuil gros comme un éléphant

chagrin elephantNos enfants ne vivent pas dans une bulle même si nous essayons bien sûr, en tant que parents, de les protéger du mieux que nous pouvons. Les moments tristes, par exemple lorsqu'un être cher disparaît, font partie des expériences inévitables de la vie. Naturellement, savoir cela ne rend pas plus facile la gestion des émotions de l'enfant.

Voici donc un très joli album pour enfants (mais dès quel âge? Eh bien, disons 4 à 6 ans, peut-être) intitulé Mon chagrin éléphant. En quelques mots, voici ce que raconte ce livre : un petit garçon vient de perdre sa grand-mère et il est en train de retourner à la maison avec ses parents, après l'enterrement. Soudain, un éléphant apparaît dans la voiture, mais qui n'est pas perceptible par les adultes mais uniquement par le petit garçon. Il représente en fait toute la tristesse de l'enfant!

Au fil des jours, alors que la vie normale a repris ses droits, le chagrin du petit garçon connaît des flux et des reflux, symbolisés par la taille de l'éléphant qui peut être énorme ou minuscule suivant les circonstances...jusqu'à ce que l'enfant ait pleinement fait le deuil de sa grand-mère.

Ce très joli livre - qui reste cependant laïc puisqu'aucun message religieux d'aucune sorte n'est transmis par le récit - est dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service

Une soyeuse Arche de Noé!

Sur le présentoir des nouveautés du CIDOC, se dresse un curieux navire, couvert de tout son long par de soyeux poils, tout comme ses bestiaux passagers...bien entendu, vous aurez reconnu là une Arche de Noé! Sans mentir, elle est rudement belle et nous n'en sommes pas peu fiers, jugez-en plutôt :

ArcheNoe

L'Arche a été découverte dans un catalogue BEA par une collègue du COD-NE (Centre oecuménique de documentation de Neuchâtel), Florence Droz, à qui nous devons une fière chandelle. Qu'elle en soit remerciée ici même!

Bien entendu, l'Arche est empruntable, et visible dans notre catalogue, mais vous devrez probablement la réserver si vous voulez l'utiliser à une date bien déterminée. Pour cela, rien de plus simple : contactez-nous!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC