Les larmes d'Esther

Les larmes d Esther couvSous le pseudonyme de Robin, le dessinateur et scénariste Pascal Gindre commence à se faire un (pré)nom. Déjà auteur de l’excellente bande dessinée « Poverello » (2014) qui racontait de façon originale l’histoire de Saint François d’Assise, Robin récidive en nous amenant au plus près du Jésus du Nouveau Testament avec « Les larmes d’Esther ».

Le récit est largement fictif puisque le personnage principal, Esther, est une servante vivant en Palestine au 1er siècle qui a le malheur d’être injustement chassée par ses maîtres. Esther est contrainte de se réfugier chez une proxénète, et se retrouve ainsi reléguée au ban de la société. Entre temps, le maître de maison responsable des malheurs d’Esther est, lui, subitement frappé d’une forme de lèpre et se retrouve brutalement mis à l’écart.

Cette trame narrative permet à ces personnages rejetés de rencontrer Jésus, de recevoir une annonce de salut, d’expérimenter la guérison physique et de retrouver ainsi leurs vies restaurées. Dans un langage et un dessin qui se veulent délibérément anachroniques, Robin parvient à parler le langage de ses lecteurs et simultanément à transmettre le message de l’Evangile.

Vous pouvez dès à présent emprunter la bande dessinée « Les larmes d’Esther » dans la bibliothèque du CIDOC !
Robin Masur, Chef de service

(Ré)-abonnement à la revue Etudes

EtudesLongtemps, l'ancêtre catholique du CIDOC - le Centre de documentation catholique du Boulevard de Grancy - fut abonné à la revue jésuite Etudes. Pour une raison inconnue, l'abonnement n'avait pas été reconduit dans le courant des années 1990. Cependant, il est toujours permis de changer d'avis! Hilare

C'est pourquoi, nous venons de prendre la décision de nous réabonner à la revue Etudes, compte tenu de ses articles enrichissants dans des domaines variés : éthiques, théologiques, spiritualités, faits sociétaux, mais aussi parce qu'elle propose de nombreuses recensions critiques de livres. En somme, c'est une revue dynamique qui a su se renouveler et que l'on retrouve également présente sur les médias sociaux (voir leur fil Twitter et leur site web).

Le dernier numéro d'Etudes est donc dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Les délices de la vie

Tokyo delicesLe CIDOC possède plus de 2'100 DVD. C'est donc une collection très importante, et si vous y jetez un coup d'oeil, vous y trouverez bien évidemment des adaptations de la Bible ainsi que des reportages et des documentaires très variés en rapport avec la théologie et l'histoire des religions. Mais pas uniquement: de très nombreux films qui n'ont pas de lien direct avec la religion ou la foi vous sont aussi proposés.

A priori, on pourrait se demander quel est l'intérêt d'acheter autant de films areligieux dans le cadre du CIDOC qui est tout de même un centre de documentation chrétien! Mais prenons un exemple concret avec le film "Les délices de Tokyo" de Naomi Kawase (voir la fiche sur notre catalogue ainsi que la critique - très positive - du film sur Ciné-Feuilles). Ce film raconte la rencontre improbable entre une vieille dame et un homme bourru et solitaire autour de la cuisson de dorayakis (une pâtisserie japonaise fourrée avec des haricots rouges confits).

Or, mine de rien, ce film épuré - sa trame peut être racontée en quelques lignes! - est riche en éléments qui peuvent susciter la réflexion ou la discussion : la philosophie de vie de la vieille dame qui s'émerveille de choses simples et sa conception du monde animiste (elle parle aux haricots afin qu'ils soient meilleurs), la question de l'intégration des personnes exclues dans la société (la vieille dame est une ancienne lépreuse et l'homme a commis un délit grave), ou encore des contraintes sociétales sont mises en scène (dans le film, une lycéenne n'a ainsi pas le droit de garder son oiseau car le règlement de l'immeuble, dans lequel elle habite, l'interdit).

Les délices de Tokyo est un très bel exemple de film areligieux qui aborde des thèmes fondamentaux, sur ce qui fait de nous des êtres humains. En définitive, sa présence dans nos collections est pleinement justifiée Cool.

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

 

 

A propos de trésors cachés

Nous recevons presque chaque semaine des dons de livres (mais aussi, plus rarement, des revues et des DVD). Bien entendu, nous trions ces documents qui vont alors se retrouver dans l'une de ces trois situations :stack of books  Source de l'image: Flickr

  • Elimination directe (si le document n'a aucun rapport avec la religion/la théologie/la catéchèse, ou si le document n'a aucune valeur informationnelle, et est manifestement dépassé).
  • Mise à disposition dans la caisse de libre service. Le document peut alors être récupéré par tout usager qui en aurait l'utilité. C'est la règle du premier arrivé, premier servi qui prévaut.
  • Intégration dans les collections du CIDOC. Le document est alors jugé sufisamment intéressant pour être catalogué et intégré dans nos collections.

Par rapport à la quantité de dons reçus, cette dernière possibilité se produit peu fréquemment. Cependant, nous trouvons de temps en temps de véritables pépites qui viennent enrichir notre bibliothèque, ce qui nous enchante à chaque fois! Ainsi, en fouillant dans un don reçu la semaine dernière, nous avons découvert le livre suivant : Sur la lyre à dix cordes : à l'écoute des psaumes au rythme des Exercices de saint Ignace (voir la notice dans le catalogue, ici). Bien évidemment écrit par un jésuite - Blaise Arminjon - , il s'agit d'un commentaire méditatif d'une sélection de Psaumes qui reste accessible, très instructive et qui peut parfaitement trouver sa place dans une lecture en groupe. Bien qu'il ait été publié il y a plus de 25 ans, en 1990, ce livre est toujours très pertinent. Nous nous réjouissons d'avance qu'il puisse trouver de nouveaux lecteurs, ici au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

P.S. : Vous aussi, vous pouvez offrir vos livres dont vous n'avez plus l'utilité au CIDOC. N'hésitez plus! Voici toutes les informations nécessaires ici.

Un deuil gros comme un éléphant

chagrin elephantNos enfants ne vivent pas dans une bulle même si nous essayons bien sûr, en tant que parents, de les protéger du mieux que nous pouvons. Les moments tristes, par exemple lorsqu'un être cher disparaît, font partie des expériences inévitables de la vie. Naturellement, savoir cela ne rend pas plus facile la gestion des émotions de l'enfant.

Voici donc un très joli album pour enfants (mais dès quel âge? Eh bien, disons 4 à 6 ans, peut-être) intitulé Mon chagrin éléphant. En quelques mots, voici ce que raconte ce livre : un petit garçon vient de perdre sa grand-mère et il est en train de retourner à la maison avec ses parents, après l'enterrement. Soudain, un éléphant apparaît dans la voiture, mais qui n'est pas perceptible par les adultes mais uniquement par le petit garçon. Il représente en fait toute la tristesse de l'enfant!

Au fil des jours, alors que la vie normale a repris ses droits, le chagrin du petit garçon connaît des flux et des reflux, symbolisés par la taille de l'éléphant qui peut être énorme ou minuscule suivant les circonstances...jusqu'à ce que l'enfant ait pleinement fait le deuil de sa grand-mère.

Ce très joli livre - qui reste cependant laïc puisqu'aucun message religieux d'aucune sorte n'est transmis par le récit - est dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service

Une soyeuse Arche de Noé!

Sur le présentoir des nouveautés du CIDOC, se dresse un curieux navire, couvert de tout son long par de soyeux poils, tout comme ses bestiaux passagers...bien entendu, vous aurez reconnu là une Arche de Noé! Sans mentir, elle est rudement belle et nous n'en sommes pas peu fiers, jugez-en plutôt :

ArcheNoe

L'Arche a été découverte dans un catalogue BEA par une collègue du COD-NE (Centre oecuménique de documentation de Neuchâtel), Florence Droz, à qui nous devons une fière chandelle. Qu'elle en soit remerciée ici même!

Bien entendu, l'Arche est empruntable, et visible dans notre catalogue, mais vous devrez probablement la réserver si vous voulez l'utiliser à une date bien déterminée. Pour cela, rien de plus simple : contactez-nous!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

La ronde des ballons

Les drapeaux supendus aux fenêtres, les écrans géants démultipliés dans les bars, les tut-tut incessants tard le soir : plus aucun doute n'est permis: qu'on l'abhorre ou l'adore, le football est à nouveau descendu dans l'espace public. Et donc, sans rechercher l'exhaustivité, nous vous signalons quelques documents récents qui parlent du ballon rond sous différents angles:

dieufootballclubCôté livres, Dieu football club se demande comment le sport s'accomode avec la religion : viande halal, ramadan, prières, vocabulaire religieusement connoté, conversion de footballeurs, et même l'identité de certains clubs qui peuvent être associés à un courant religieux - pensons seulement aux Rangers et Celtics de Glasgow en Irlande du Nord! Voir la notice dans le catalogue ici. Bien entendu, impossible de ne pas manquer le grand classique écrit par l'éthicien Denis Müller, Le football, ses dieux et ses démons - qui aborde la question des déviances du football, avec le dopage, les tricheries et la simulation, mais aussi des règles qui structurent le football avec la figure de l'arbitre (ici, dans notre catalogue).

Côté revues, pas grand chose à se mettre sous la dent, si ce n'est le très solide dossier de Témoignage chrétien, intitulé Le foot est-il hors-jeu? (voir la notice), et deux articles du journal universitaire Allez Savoir! Le premier aborde la relation entre Dieu et le football (voir ici) et le second la question un peu perverse du plaisir que l'on aurait à voir perdre une équipe détestée (voir ici).

Pour ce qui est des films de fiction, nous retrouvons des films qui recourent au football pour illustrer des questions sociales (Joue-la comme Beckham - qui illustre la question de l'intégration des immigrés indiens en Angleterre à travers une jeune fille qui adore le football. Voir la notice), voire socio/géopolitiques (Africa United - un film très émouvant qui nous fait traverser toute l'Afrique, du Rwanda à l'Afrique du Sud où se tenait la Coupe du Monde en 2010. Voir la notice).

pizza 08L'équipe de Pizza BethlehemD'intéressants reportages et documentaires ne sont pas non plus à négliger : Pizza Bethlehem qui se déroule à Berne, nous fait suivre une équipe de football féminine composée de jeunes filles immigrées de 15-16 ans, cosmopolites, pleines de rêves et extrêmement touchantes (Voir la notice)!

On trouvera même une réflexion sérieuse sur le football dans l'émission Philosophie de Raphaël Enthoven, qui aborde pêle-mêle la notion de défaite, du regard subjectif de l'arbitre et de l'esthétisation du geste du footballeur en action (Voir la notice). Avec Eric Cantona et son film Les rebelles du foot, nous découvrons que le footballeur n'est pas seulement une brute épaisse sans jugeote, mais qu'il est aussi capable d'être un moteur positif de changement politique : ainsi, Didier Drogba qui a été un facteur de paix alors que son pays - la Côte d'Ivoire - traversait de graves troubles politiques il y a dix ans de cela (voir la notice).

Et finalement, sur les milliers de footballeurs professionnels jouant au plus haut niveau, il y a bien entendu des chrétiens. Nous avons des témoignages du Brésilien Kaka et de l'Italien Legrottaglie dans La plus belle victoire (voir la notice), et plus récemment de Gilles Yapi Yapo (ancien joueur du FC Bâle) dans Hors Je - chacun d'entre eux expliquant comment ils vivent leur foi et comment elle leur permet de surmonter des passages difficiles (voir la notice).

Lecteur, faites votre choix!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Un guide pour aimer son prochain!

aimersonprochainSignalons le dernier opus publié par l'éditeur Vie Chrétienne dans la collection "Matière à Exercices" : Comme soi-même, aimer son prochain (voir la notice sur notre catalogue).

La collection elle-même est remarquable car elle publie de nombreux livres à la fois concis et très concrets pour aider le lecteur à vivre une vie spirituelle dans le quotidien, cela sous l'éclairage de la spiritualité ignatienne (qui fait donc référence au fondateur de l'ordre des Jésuites, Ignace de Loyola) - voir ici la liste des livres de cette collection que nous possédons au CIDOC.

Ce qui rend particulier cette approche spirituelle est qu'elle se veut très accessible. Or, justement, dans ce dernier livre publié, les réflexions proposées, les grilles de lecture, les listes de questions ouvertes posées au lecteur qui jalonnent le parcours proposé sont éclatantes de simplicité et ouvrent des pistes concrètes pour apprendre/réapprendre à s'aimer soi...pour in fine aimer son prochain .

Tout cela dans un ouvrage d'à peine 55 pages, ce qui est la preuve matérielle que la valeur d'un livre n'attend pas le nombre de pages Cool.

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Bandes dessinées en rafales

Durant ce mois de mai, trois bandes dessinées sont arrivées sur nos étals. Nous vous en proposons donc un rapide parcours :

VoyagePeresLe Voyage des Pères no 4 de David Ratte. Au départ du récit, ceux qui sont désignés sous le vocable de "pères" sont les parents de deux disciples de Jésus. C'est en découvrant que leurs fils ont tout abandonné (travail, maison, famille) pour suivre un douteux personnage, que ces pères décident d'aller à la recherche de leurs fils respectifs. Sans jamais les atteindre, ils se retrouvent dans le sillage du Christ et constatent, à distance, à quel point il transforme la vie des gens qu'il rencontre. Après le succès exceptionnel des 3 premiers volumes (qui forment une histoire complète), l'auteur avait enchaîné avec un autre cycle, celui de Yona et qui relatait, également à distance, l'histoire de l'Exode. Bien que sympathique, le ton et la qualité du scénario étaient en dessous du premier cycle. A présent, avec ce 4e volume, qui reprend le cycle initial sous le point de vue de Barabbas, une nouvelle dynamique est-elle relancée? A voir...Pour la liste complète de toutes ces séries créées par David Ratte, cliquer ici.

BeteApocalypseLa Bête de l'Apocalypse, de Rodolphe et Lucien Rollin. L'éditeur, Glénat, publie habituellement des bandes dessinées qui ne sont pas toujours d'une qualité extraordinaire et qui tournent autour des mêmes trames usées (Evangile secret dissimulé par l'Eglise catholique, et moult complots pour cacher les "vérités" peu avouables du christianisme, etc.). Celle-ci, cependant, a l'avantage d'être coéditée avec les Editions du Patrimoine - ce qui garantit le sérieux des informations qui sont distillées dans l'album - et traite d'un chef-d'oeuvre médiéval : la tenture d'Angers qui illustre le livre de L'Apocalypse de Jean. Bref, il s'agit là d'une bande dessinée qui est, mine de rien, éducative et informative. Voir la notice dans notre catalogue, ici.

MaitresArmesEnfin, Le Maître d'Armes de Xavier Dorison et Joëlle Parnotte. Evoquée par le journal Bonne Nouvelle (voir ici), la BD traite (mais pas suffisamment à notre goût) d'un sujet rarement abordé : la lutte autour de la traduction de la Bible en français, entre catholiques et protestants. Si le dessin est très bien travaillé (les paysages enneigés dans le Jura à la frontière franco-suisse sont particulièrement somptueux), la violence sourde qui ressort des planches en fait une bande dessinée pour un public averti. Voir la notice dans notre catalogue, ici.

Et si vous avez des suggestions, pour l'achat de livres, bandes dessinées ou tout autre document, elles seront toujours les bienvenues!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Les fruits du sycomore

zacheeNombreux sont les livres épais, soporifiques, laborieux à la lecture, ou, au contraire, aussi vite oubliés que lus. Cependant, parmi toute cette grisaille de papier, nous vous signalons un véritable bijou qui fait partie de cette catégorie de livre qui rehausse l’intelligence du lecteur : « Zachée, ou, l’accueil du salut » rédigé de main de maître par le théologien Pierre Coulange, et paru cette année aux Editions du Cerf.

Ce livre très bien écrit, très bien vulgarisé, parvient à faire le tour du récit de la rencontre entre Zachée et Jésus et à en montrer toute la richesse et tous les points saillants qui passeraient autrement inaperçus auprès du lecteur. Ainsi, saviez-vous que le sycomore, dans lequel Zachée se perche, est un arbre qui donne des fruits impropres à la consommation, à moins qu’on ne les incise ? Cela donne déjà à réfléchir...mais plus que des anecdotes éparses, l’auteur parvient à établir naturellement des liens entre les données archéologiques, géographiques, botaniques et administratives (notamment le fonctionnement du système des impôts prélevés par les publicains) liées au récit de Zachée.

A la suite de l’auteur, on ne peut qu’être époustouflé par la maîtrise narrative de Luc, et s’émerveiller des trésors d’interprétations et de sens qui se révèlent lorsqu’on veut bien gratter sous la surface du texte biblique. Ce livre (et bien d’autres) est dès à présent à votre disposition dans la bibliothèque du CIDOC !
Robin Masur, Chef de service