Une Bible en BD à l'accent américain prononcé

kingstoneLes Comics (bandes dessinées américaines, du type de celles éditées par Marvel) sont désormais presque aussi familiers que les mangas, sur notre vieux continent.

C'est certainement pour cette raison que la Société biblique francophone de Suisse projette de publier l'intégralité de la Bible Kingstone qui est une adaptation de la Bible en format Comics. Les deux premiers volumes de la série, qui en compte 12 au total, ont déjà été publiés. Nous les avons achetés et ils sont désormais disponibles au CIDOC (voir les notices dans notre catalogue : ici pour le premier volume et là pour le deuxième).

Alors, qu'en penser? D'emblée, il faut bien avouer que cette adaptation de la Bible plaira avant tout à ceux qui apprécient le style Comics avec ce qu'il implique  : une mise en page très chargée, avec des cadres noirs, des cases très colorées et un dessin très travaillé, avec des personnages musculeux à souhait - détail amusant que nous signalions déjà dans une autre Bible en BD, ici - et une fascination évidente pour le spectaculaire et le merveilleux. Ce n'est pas pour rien que l'ange qui brandit une épée en feu soit pareillement mis en vedette dans la couverture du 1er volume, cela au détriment d'Adam, Eve et Noé!

Ne le cachons donc pas : il y a des éléments qui feront grincer des dents auprès de nos lecteurs qui n'auraient pas été biberonnés dans un fondamentalisme biblique à l'américaine. Notamment lorsque les auteurs tentent maladroitement d'expliquer l'expansion de toute l'humanité à partir d'un seul couple, en affirmant de façon très curieuse que la progéniture d'Adam et Eve disposait d'un patrimoine génétique parfait (?) Effrayé.

Tout est-il donc à jeter? Non! D'une part, toute adaptation en bande dessinée est une interprétation de la Bible et celle-ci ne cache pas son jeu, au contraire. Et d'autre part, le dessin, nerveux, dynamique et coloré reste extrêmement attrayant. Le lecteur crochera facilement au récit et en tournera les pages avec grand plaisir. En outre, le volume 1, qui raconte d'abord les récits des origines (Création du monde, Chute de l'homme et de la femme, Noé et le Déluge) se termine de façon surprenante avec le récit de Job. Or, il est rare que l'ensemble du livre de Job soit adapté en bande dessinée et la version de Kingstone, qui donne la part belle à la discussion entre Job et ses amis, est justement remarquable.

Bonne lecture!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC