Venez voir...

venezvoir...un livre décapant! Mais c'est toujours le cas avec André Myre, un bibliste québécois au parcours très original, puisqu'il a enseigné à la faculté de théologie de l'Université de Montréal au Québec, été ordonné prêtre, puis s'est marié et a donc dû quitter ce milieu ecclésial et théologique. Ce cheminement heurté l'a bien naturellement questionné par rapport à la personne du Christ, qu'il préfère nommer Jésus de Nazareth.

Bien évidemment, on a le droit d'être en désaccord avec sa lecture et ses partis pris, mais n'empêche, lire un André Myre, c'est être certain d'être désarçonné! Au CIDOC nous avons trois livres récents de sa part : "Lui" (disponible dans notre catalogue ici) qui est une relecture moderne de l'Evangile de Marc situé dans le Montréal de nos jours, une présentation de la Source Q (voir ici) ainsi qu'une réinterprétation exégétique de l'Evangile de Jean intitulée "Crois-tu ça?" (par ici).

Dans sa dernière publication en date, "Venez voir Jésus de Nazareth" (disponible ici), André Myre reprend ce que nous savons de Jésus à travers les paroles qu'il a prononcées et que l'on peut déceler dans les 4 Evangiles ainsi que la source Q. Son hypothèse de lecture, assumée, le conduit à considérer que Jésus, pour être bien compris, est d'abord un Galiléen, provenant d'une région pauvre et méprisée et qu'il critiquait de façon radicale un système à la fois religieux et politique qui a donc voulu l'écraser. Pour en savoir plus...eh bien venez ouvrir le livre chez nous! Cool

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

La vie rythmée par les fêtes

AuFildelaVieLe pasteur vaudois Armin Kressmann (voir son site personnel ici http://www.ethikos.ch/ ) s'est récemment fait l'auteur d'un très joli livre intitulé "Au fil de la vie : Pierrot découvre les fêtes chrétiennes", publié par l'OPEC.

Servi par les belles illustrations d'Amélie Buri, le livre s'adresse aussi bien aux enfants qu'aux adultes qui les accompagnent. L'idée qui sert de fil rouge à l'ensemble du livre est de montrer comment les fêtes marquantes du christianisme (Noël, Pâques, Ascension, Pentecôte,...) s'inscrivent dans la vie de tous les jours, étant donné que nos vies séculières sont bien entendu rythmées par la naissance, le mariage, la maladie et la mort. Chaque page peut être dépliée et le lecteur y trouvera des commentaires théologiques destinés aux adultes, alors que la trame principale du récit s'adresse aux enfants.

L'ambition est ainsi de montrer comment ces fêtes qui jalonnent nos vies ont une pertinence dans un contexte familial qui soit celui du 21e siècle. En particulier, nous voyons que le petit Pierrot vit avec sa maman et son compagnon (sa mère s'étant visiblement séparée du papa de Pierrot). Les deux ont eu une fille, qui est donc la demi-soeur de Pierrot. Sa mère est une jeune femme dynamique qui travaille pour subvenir à ses besoins et confie ainsi régulièrement Pierrot à ses grands-parents. Dans le récit, ce sont ceux-ci qui transmettent un message. Bref, une famille recomposée comme il en existe tant, mais qui peut être rejointe par le message évangélique.

Ce livre est dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service

Pâques en format kamishibaï

AbendmahlA l'approche du temps pascal, signalons l'arrivée d'un kamishibaï (que nous avons en deux exemplaires, ici et ) intitulé Das letzte Abendmahl = Le dernier repas. Le titre est en fait un peu trompeur car cette histoire kamishibaï en 12 planches fait le tour de force de narrer successivement l'entrée de Jésus à Jérusalem, l'épisode de la femme qui verse du parfum sur Jésus, le lavement des pieds puis la scène de la cène, la trahison de Judas, l'arrestation de Jésus puis, immédiatement après, le récit des apparitions de Jésus. Rien que ça! Bien sûr, cette compilation d'épisodes fait en quelque sorte penser au diatessaron (du nom d'une harmonisation des Évangiles rédigée à la fin du IIe siècle), ce qui peut plaire ou non suivant ce que vous désirez raconter.

N'oubliez pas que nous avons d'autres kamishibaïs qui racontent de manière plus approfondie les récits de la Crucifixion, de la découverte du tombeau vide, des apparitions et de l'histoire des Pèlerins d'Emmaüs, et finalement la montée de Jésus au ciel et l'envoi de l'Esprit sur les disciples.

Et nous en avons bien plus encore en stock! A l'heure actuelle, nous avons 170 histoires kamishibaï à disposition, ce qui est considérable. Afin de s'y retrouver, vous pouvez consulter ci-après un dossier thématique qui vous permettra d'avoir une vue d'ensemble des récits kamshibaï que nous mettons à disposition (dossier mis à jour régulièrement).

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Anne Frank illustrée tout en délicatesse

annefrankLes éditions du Soleil ont eu une lumineuse idée : publier une belle adaptation graphique du journal d'Anne Frank! C'est une très belle introduction à cette oeuvre marquante et qui - on l'espère - incitera les lecteur à s'emparer ensuite du texte intégral.

Vous pouvez en feuilleter (virtuellement) quelques pages sur le site de l'éditeur.

Signalons, pour l'anecdote, qu'en principe, la version originale (en néérlandais) du journal aurait dû être dans le domaine public dès le 1er janvier 2016, puisque la règle veut que les oeuvres d'un auteur décédé depuis plus de 70 ans soient mis librement à disposition (Anne Frank est décédée dans le camp de concentration de Bergen-Belsen en 1945). Cependant, une argutie juridique bloque actuellement cette entrée dans le domaine public. Pour en savoir plus, lire par exemple cet article.

Quoi qu'il en soit, la bande dessinée a, elle, rejoint le catalogue du CIDOC!

Robin Masur, Chef de service

Bleu, couleur de sainteté

Mere TeresaDurant le festival international de BD qui a lieu au mois de janvier à Angoulème, se tient également un mini-festival chrétien, et qui, lui aussi, remet des prix. Pour cette année 2016, la BD chrétienne de l’année a été attribuée à « Mère Teresa de Calcutta », de Helfand (scénariste) et Nagar (dessinateur).

Le prix est mérité, car c’est un album vraiment somptueux, entièrement peint à l’aquarelle. Les tons bleus y sont largement dominants, et font naturellement référence au célèbre sari de la future sainte. En effet, l’Eglise catholique vient d’annoncer qu’elle sera canonisée dans le courant de cette année 2016, qui est aussi l'année de la Miséricorde.

Pour ce qui est du contenu, la BD nous fait parcourir classiquement toute la vie de Mère Teresa, depuis sa naissance en Albanie, sa vocation, son départ pour l’Inde puis son action dans les taudis de Calcutta. Pour autant, les zones d’ombres de Mère Teresa ne sont pas escamotées puisqu’une page, à la fin de l’album, les recense et tente d’y répondre.

Vous pouvez dès à présent emprunter ce livre éclairant dans la bibliothèque du CIDOC !

Robin Masur, Chef de service

FOOD, INC

foodinc 960x336

Manger de la viande, oui, mais à quel prix?

Profitons donc du temps du Carême qui vient de débuter pour parler d'un documentaire très en phase avec ce temps de modération alimentaire, et qui aborde en particulier le sujet de la consommation de viande, qui connaît une progression exponentielle dans nos sociétés développées. Du mets d'exception au plat quotidien, la viande est bien présente sur la plupart de nos assiettes.

Cependant, il n'y a pas besoin d'être un militant de la cause animale pour s'interroger sur la dimension industrielle de la viande que nous sommes souvent amenés à consommer. Et, justement, le documentaire américain Food, inc (réalisé en 2009) parvient très bien à montrer en quoi nous devrions nous inquiéter, en dévoilant notamment des conditions d'élevage et d'abbatage d'animaux qui sont proprement horrifiantes, mais surtout en décortiquant les effets pervers de l'industrialisation de la nourriture au sein de grandes multinationales. Certes, l'action se déroule aux Etats-Unis, le pays de la démesure par excellence, mais le message donné par le documentaire est criant de vérité : la nourriture industrielle est d'une violence inouïe envers les animaux et est également peu respectueuse à l'égard des consommateurs et des agriculteurs. C'est un documentaire intelligent puisqu'il ne se contente pas de dénoncer mais propose aussi une réflexion de fond ; c'est un plaidoyer pour un changement dans nos habitudes de consommation.

Ainsi, que l'on le veuille ou non, choisir ce que nous mettons dans notre assiette nous met en face de nos responsabilités.

Le documentaire Food, inc est disponible sur le catalogue du CIDOC ici.

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Raconter la Bible aux enfants du 21e siècle

App bible KIDSEn 2016, les écrans sont partout. Dans le train, dans les espaces publics et surtout à la maison. Ils attirent irrésistiblement les regards de nos petites têtes blondes (ou d'autres couleurs, c'est égal). Et ils sont de toutes les tailles possibles, du smartphone à la télévision ultra 16K.

Lire, raconter, découvrir, apprendre. Cela, nos enfants le font toujours, mais avec une diversification toujours plus importante des outils, des médiums, à travers lesquels l'information leur parvient.

C'est pourquoi deux organismes évangéliques, OneHope et Youversion (cette dernière propose d'ailleurs une des applications les plus populaires pour lire quotidiennement la Bible) ont décidé de proposer aux enfants les récits les plus importants de la Bible sous une forme ludique et conviviale. Cette application pour enfants, vous pouvez la télécharger directement sous www.bible.com/enfants (Attention! Vous devez pouvoir la télécharger depuis l'App Store d'Apple ou Google Play (Android). C'est l'un ou l'autre. Et prenez note du fait que vous ne pouvez pas accéder à l'application directement sur votre ordinateur).

Le résultat est vraiment bluffant : Tous les épisodes les plus importants de l'Histoire du Salut sont présents, de la Genèse à l'Apocalypse. Le texte, très accessible (pour des jeunes enfants de 4 à 6 ans, disons) est lu à haute voix. Et à chaque épisode, de petites animations peuvent distraire et amuser l'enfant. Il peut aussi rechercher des objets et les collectionner (un fonctionnement que l'on retrouvera dans d'autres jeux typiques des smartphones, comme Angry Birds, Cut The Rope, Temple Run,...). Mine de rien, on se prend au jeu et on se retrouve accroché par le récit biblique! Durant la lecture, des questions sont inopinément posées à l'enfant afin de s'assurer qu'il a bien compris le récit qu'il a écouté. Finalement, le vocabulaire et la théologie de cette Bible App sont entièrement et profondément évangéliques, ce qui n'est pas une surprise (insistance sur la chute, et de la réalité de l'homme pécheur, nécessité de reconnaître personnellement le Christ comme Sauveur, en attendant son retour).

Et...si votre tablette tombe en panne, vous pouvez toujours emprunter la version livre au CIDOC! Cool Soyons tout de même justes : étant donné que les illustrations sont de belle facture et que le texte biblique est bien adapté aux enfants, le livre peut très bien se suffire à lui tout seul. Finalement, n'oubliez pas les recommandations du psychiatre Serge Tisseron à propos de l'exposition des enfants aux écrans. Que ce soit biblique ou non, ça ne change rien!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC

Une histoire grinçante mais édifiante de l'Eglise

empireEn apercevant la couverture, on pourrait avoir un geste de recul. Ne s'agit-il pas d'une énième bande dessinée qui fait le jeu d'un anticatholicisme primaire, et qui flatte ainsi les bas instincts d'un public déchristianisé et, au fond, violemment antireligieux?

Oui, et non. Oui, car il ne faut pas le nier, le ton peut être sarcastique, et même très grinçant. Le dessinateur, Pascal Magnat, ne s'embarrasse pas des convenances et appuye le trait sur les dérives - historiquement attestées et indiscutables, il faut bien le dire - de l'Eglise à travers l'histoire (ici : depuis les débuts, depuis Jésus, jusque vers les années 1'200 autour de François d'Assise). Les moeurs coupables d'un grand nombre de papes, les compromissions politiques, la trahison du message évangélique, la création de l'inquisition et la période des Croisades sont mises en évidence sans complaisance et avec beaucoup de verve. Remarquons cependant que le pape François, qui apparaît au début et à la fin de ce premier tome, est, lui, dépeint positivement. Tout comme l'est Jésus et son message...[note théologique: on remarquera cependant que le Jésus qui est dépeint dans ce livre est conforme à l'image que s'en faisaient les théologiens libéraux du XIXe siècle, soit : un maître d'éthique dont on expurge tous les récits miraculeux, une vision qui a été quelque peu corrigée par la recherche ultérieure].

Non, car le scénariste, Olivier Bobineau, est un sociologue reconnu du CNRS à Paris, et qui a pour but de faire oeuvre pédagogique. Dans cette bande dessinée, il y a une vraie volonté de raconter l'Eglise sous un angle politique, et nous découvrons ainsi un grand nombre d'épisodes méconnus, ce d'autant plus que le quidam d'aujourd'hui ne sait en général presque rien du Moyen-Âge, soit la période allant des invasions barbares à la découverte de l'Amérique. Nous découvrons notamment avec beaucoup d'intérêt comment les Églises d'Occident et d'Orient ont progressivement fini par se disjoindre et à emprunter des routes institutionnelles différentes. La pensée des Pères de l'Eglise (Tertullien, Saint Augustin, ou, plus tard, Bernard de Clairvaux) est remarquablement bien synthétisée. O. Bobineau est visiblement bien documenté et a du plaisir à nous transmettre ses connaissances.

A notre sens, même si cette bande dessinée ne plaira pas et ne conviendra pas à tous les publics, elle reste remarquable, enrichissante et même édifiante. Après l'avoir lue, le lecteur repart avec un savoir renouvelé. Deux autres tomes, déjà intitulés Sodome et Gomorrhe (tout un programme...) et L'Apocalypse sont prévus et qui conteront la suite du récit - toujours inachevé - de l'histoire du christianisme.

Cette bande dessinée est dès à présent à votre disposition au CIDOC!

Robin Masur, Chef de service

Bel exemple de pédagogie par l'image

LaBibleExpliqueeParLaPeintureDans les collections du CIDOC, nous avons une pléthore de documents qui traitent de l’art et de la Bible. Or il se trouve que nous avons acquis tout récemment un livre qui ressort particulièrement du lot : « La Bible expliquée par la peinture ».

Qu’est-ce qui fait son intérêt ? Ce livre, publié par Larousse (ce qui est déjà un gage de qualité), prend le temps d’analyser cinquante tableaux inspirés par des scènes bibliques (d’ailleurs, le livre suit l’ordre chronologique des livres de la Bible). Chaque image est soigneusement décomposée, et les détails les plus significatifs sont commentés. Le lecteur recueille ainsi de très bonnes clés de compréhension, et peut lui donner envie d’aller plus loin.

Dans ce livre, on trouvera beaucoup de tableaux de la Renaissance italienne, mais aussi des œuvres plus récentes (notamment Marc Chagall). C'est donc un excellent outil qui illuminera non seulement les rayonnages des bibliothèques mais également les esprits des lecteurs, espérons-le !

Vous pouvez emprunter dès à présent ce document dans la bibliothèque du CIDOC (voir ici la notice dans notre catalogue).

Robin Masur, Chef de service

Une revue venue du froid

TheologiquesParmi les nouvelles revues auxquelles le CIDOC s'est récemment abonné, nous trouvons le bien nommé "Théologiques", qui est un bisannuel publié par la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Montréal, au Québec.

On y trouve des articles de qualité qui sont désormais bien référencés dans notre catalogue (voir la liste de tous les numéros actuellement catalogués).

Et de quoi traitent-ils? Chaque numéro qui paraît prend toujours un axe thématique fort, comme la question de la Bible et de l'archéologie, le dialogue islamo-chrétien, le christianisme et les mouvements altermondialistes, la spiritualité chrétienne aujourd'hui...Ces articles réussissent bien souvent le tour de force d'être spécialisés tout en restant parfaitement accessibles.

Bref, il s'agit d'une bien belle mine d'or...qui n'attend plus que des lecteurs pour être exploitée!

Robin Masur, Chef de service du CIDOC